Assiette Sauvage

Reprendre contact avec la Terre.

Accueil > 3 - L’herbier > L’herbier Sauvage > La Pimprenelle - 8

La Pimprenelle - 8

vendredi 20 avril 2018, par Jean Claude Divet, Sofia Argiles Martinez, Thomas Oak

Si comme moi avant de mettre le nez dans les plantes sauvages vous ne connaissiez que la pimprenelle de Nicolas dans Nounours … Ou saviez que ce pouvait être un prénom parce que vous aviez rencontré une des 10 jeunes filles nommées ainsi en France chaque année en ce moment…Ou bien si vous aviez seulement retenu que l’une des fées de la belle au bois dormant s’appelle ainsi … Alors vous êtes passé à Côté d’une belle plante de nos talus, abondante, délicieuse, pleine de qualités …mais si timide qu’il y a trois ans je ne l’avais encore jamais vu consciemment alors qu’aujourd’hui j’en croise partout … Et étonnamment elle est souvent absente des livres sur la cueillette sauvage !

Retour donc sur cette méconnue qui a été supplantée par le persil comme plante condimentaire sur l’étal de l’épicier et dans nos cuisines.

Description

La pimprenelle :

Anciennement, Sanguisorba Minor, maintenant, Poterium Sanguisorba.
- Famille : Rosaceae
- Genre Poterium
- Espèce : Poterium sanguisorba L. 1753

Il y a comme toujours plusieurs sous espèces, qui en général ont les mêmes propriétés
Noms communs : Petite Pimprenelle, Petite Sanguisorbe, Pimprenelle à fruits réticulés en français, en italien ce serait Bibinella, en espagnol Pimpinella ou pimpineta, en anglais Small

Le nom vernaculaire de Pimprenelle vient du latin pipinella, « boucage », en raison de l’odeur de bouc de certaines espèces et Sanguisorba signifie en latin absorber le sang (Wikipedia).

C’est une plante vivace à feuillage persistant qui se présente sous forme de touffe très basses l’hiver et un peu plus montantes au printemps (30/60 <cm). Les feuilles alternes sont divisées en folioles ovales, fortement dentées, d’un vert bleu caractéristique. Elles partent du centre de la rosette qui s’étale alors de plus en plus. La tige des fleurs peut atteindre 60 cm, elle est dressée, anguleuse, rameuse au sommet. Les fleurs, visibles de mai à août, sont petites, verdâtres et groupées en épis terminaux globuleux, les supérieures sont rougeâtres, les inférieures sont mâles avec des étamines pendantes. La plante se propage par rhizome sans qu’elle ne puisse être considérée comme envahissante, ou par graine.

Pionnière, discrète, d’un beau vert bleu, c’est une belle compagne d’hiver.

Un peu D’histoire :

En Hongrie, les traditions populaires ont fait du prince Csaba, le légendaire fils cadet d’ Attila, roi des Huns et "fléau de Dieu", et petit-fils par sa mère de l’empereur Honorius, un chef d’armée invincible dont les cavaliers étaient aussi innombrables que les étoiles de la voie lactée. Tous ces farouches guerriers étaient si régulièrement couverts au combat de blessures sanglantes que, selon les lois ordinaires de la Nature, la plupart auraient dû en mourir. Toujours selon la légende, cette armée mythique ne fut jamais décimée et est toujours prête à intervenir ... parce que le prince Csaba détenait les secrets de la PETITE PIMPRENELLE, avec l’aide de laquelle il rétablissait magiquement ses hommes blessés au combat.

http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/archive/2012/06/24/une-sauvageonne-condimentaire-la-p.html

Fournier nous apprend que ni l’Antiquité, ni le Moyen Âge ne se sont intéressés à elle. Olivier de Serres (1600) cultive encore la forme sauvage : “Sans artifice és champs non labourés, croît la pimprenelle d’où l’on se fournit de plants pour mettre és jardins, auxquels elle s’affranchit par culture”. La vogue de la pimprenelle va durer plusieurs siècles en France. La Quintinie (1690) la cultivait au potager du Roi à Versailles, De Combles la vante en 1802 et Vilmorin-Andrieux la mentionne comme plante potagère en 1883 et 1904. Mais sa culture n’a jamais été très importante, et elle a disparu des jardins. Dans la statistique des Bouches-du-Rhône début du XIX e siècle, Villeneuve note : “Plante vivace que l’on met en bordure [dans les jardins] on l’emploie uniquement pour fourniture de salade”. Un proverbe provençal célèbre ses propriétés médicinales, surtout hémostatiques, qui ne sont plus reconnues aujourd’hui :
“Vòu l’aur la pimpinèla, Mai l’aur vòu pa ela.”
“La pimprenelle vaut de l’or, Mais l’or ne la vaut pas.”

http://www.euziere.org/wakka.php?wiki=PimprenellE

Avec ici un laiteron marché et du sedum comme compagnon, que du bon, que du bonheur pour votre salade sur un tas de cailloux ... c’est cela un jardin éclaté, varier les conditions et accompagner la nature.

Habitat, culture

La pimprenelle est une plante présente en abondance en Europe, sans aucun statut de protection. On la trouve sur tout le territoire français plutôt sur un terrain pauvre, assez sec et argileux. Ici à la ferme, on la trouve sur les talus orientés sud, juste à côté des chalets où le sol a été empierré.

Dans la rosée printanière, matinée de petites perles d’eau.

Pour le côté transplantation culture, nous allons laisser parler Jean Claude Divet qui a fait un article sur ce sujet sur son site :

Transplantation :

La pimprenelle est une très belle plante sauvage. Elle devrait vous plaire par sa beauté, ses différentes propriétés culinaires (Elle a le goût entre le concombre et la noix verte) et médicinales. Fut une époque, il y a un siècle environ, cette plante faisait partie de la plupart de nos jardins. Pourquoi ne la mettrions nous pas à nouveau à l’honneur ? La pimprenelle est une plante vivace comestible qui sera facile à cultiver dans votre jardin potager. En effet je vous conseille de l’installer auprès de vos légumes car elle attirera très volontiers les papillons et les abeilles qui se feront un plaisir de les polliniser. Son besoin en eau est moyen.

Il s’agit d’une plante qui peut être aussi bien ornementale, aromatique ou bien condiment et on peut s’en servir également comme tisane Elle s’étale très facilement grâce à ces rhizomes sans être trop envahissante. Éventuellement vous pourrez la rencontrer à l’état sauvage dans certaines de nos régions. Si vous n’avez pas la chance d’en trouver, achetez-en dans votre jardinerie habituelle. Elle est très facile à entretenir.

La pimprenelle se plante au printemps ou éventuellement en automne. Arrosez-la copieusement sans pour autant l’inonder pendant les premières semaines de sa plantation. Choisissez-lui un emplacement ensoleillé voire à mi-ombre. Le sol devra être léger (sableux), calcaire, sec et profond ou éventuellement neutre. Vous pourrez la planter un peu partout comme par exemple en bordure de votre jardin d’ornement, dans votre potager et vous pourrez également la cultiver en pot. Mais dans ce dernier cas vous devrez surveiller son substrat qui devra rester toujours un peu humide sans pour autant être inondé. A l’aide d’un petit transplantoir ou d’une petite griffe grattez en surface pour savoir si le substrat est humide juste en dessous de la surface. Si c’est le cas, n’arrosez pas. Faites très attention aux excès d’eau en hiver. En fait, il s’agit de son seul ennemi. Pour sa plantation n’enterrez jamais le collet. Pensez à pailler dès que la plantation a été effectuée.

https://spotjardinmonsite.com/2018/...

Essai tout frais de transplantation. Découverte au cours d’une promenade d’une colonie avec des pieds magnifiques ... Où il est question de varier la génétique et de commencer le lent travail du jardinier de sélection de plante plus grosses, plus adaptées. Travail louable, jusqu’à quel point ? C’est une vraie question.

Propriétés Médicinales :

Même si dans cette revue nous mettrons en avant l’aspect alimentaire des plantes, partant du principe qu’avant d’être un médicament, une plante est d’abord un alicament que la nature met à notre disposition, un rapide tour d’horizon des utilisations nous donnera une idée de sa valeur. Je laisse parler le site Visiflora :

Parties utilisées :

On utilise la plante sous diverses formes, feuilles fraîches ou séchées, racine fraîche ou séchée. Les jeunes feuilles sont récoltées avant la floraison. Les feuilles normales peuvent être récoltées tout au long de l’année. La racine est récoltée au printemps, et utilisée fraîche ou après avoir été séchée à l’air.

La fleur, une petite boule à facettes rougeâtre très caractéristique qui émerge du bouquet hivernal.

Propriétés

La petite pimprenelle a de très nombreuses propriétés. Légèrement astringente, elle a des vertus hémostatiques. Également apéritive, antiseptique, digestive, diurétique, sudorifique et vulnéraire. Les jeunes feuilles sont riches en vitamine C. La racine est composée de tanins, huile essentielle, saponines, flavonoïdes, etc.

Usage

Une infusion de feuilles peut stopper saignements et diarrhées, tout en soulageant les hémorroïdes et en aidant la digestion.
Une macération de feuilles dans de l’huile donne une lotion qui apaise les coups de soleil.
Une décoction de racines soigne les hémorragies et les maladies respiratoires supérieures.

https://www.visoflora.com/guide-nature/petite-pimprenelle.html

L’aspect le plus souvent mis en avant est l’astringence (surtout dans la racine), donc intéressant en complément des traitements classiques pour tout perte de liquide (eau ou sang). Diarrhées, pertes menstruelles, plaies de rasage, saignements de nez scarification, etc … Mais on n’oubliera pas la richesse en vitamine C qui en fait un très bel allié quand elle est mise fraîche dans la salade.

Elixir Floral :

Prédominance du féminin en Soi. Aide à la matérialisation concrète de son essence propre. Redonne confiance dans ses propres capacités. (http://www.gebnout.fr/pimprenelle.html)

En teinture Mère :

Pour intestins, règles, plaie de rasage :
https://www.lherbalisteriedhelene.com/241-teintures-meres-pimprenelle-sanguisorba-officinalis.html

Cuisine

C’est une plante qui se consomme en petite quantité dans les salades dont elle relève la fadeur par sa touche agréable et piquante.

On peut (presque) tout faire avec les feuilles de la petite pimprenelle et ce toute l’année – à condition toutefois de les utiliser fraîches, car elles perdent saveur et parfum en séchant.
Les jeunes feuilles ont une légère saveur salée rappelant le concombre, en plus piquant, et également un petit goût de noisette.

Fraîchement cueillies et ciselées, on peut les incorporer dans des salades composés, aux crudités et aux salades de fruits – elles agrémentent aussi les potages de légumes verts et les sauces, en particulier celles accompagnant le poisson.

Elles permettent de préparer du beurre aux herbes, d’aromatiser la vinaigrette et des marinades. Seules en salade, elles se marient parfaitement aux fromages à pâte molle.

On peut également les incorporer dans des sauces froides à base de yaourt ou de fromage blanc, ou dans la mayonnaise, pour accompagner des volailles grillées.

En Allemagne, les feuilles servent à aromatiser un vin blanc du Rhin, ainsi que de la bière. Additionnées de citron et d’eau gazeuse, elles permettent de réaliser une boisson rafraîchissante.

Autres Usages

C’est un excellent fourrage pour le bétail mais elle tend à se raréfier sur les pelouses maigres à cause des apports en matières organiques.

On tire des racines de petite pimprenelle un colorant noir utilisé en tannerie.

https://www.visoflora.com/guide-nature/petite-pimprenelle.html

Question Cuisine, pour ma part, je la conseille fortement dans toutes les salades sauvages. Elles peut dans mes cueillettes occuper jusqu’à 5% en poids de toutes les différentes espèces cueillies (entre 30 et 80 espèces par cueillette). Son goût que l’on dit de concombre légèrement salé ou ne noix fraîche et sa note bleutée sont les bienvenus et surtout …elle est présente tout l’hiver !

Mais j’en profiterai pour vous donner de la pimprenelle (et d’ailleurs de toutes les plantes de votre salade) un usage peut répandu dans nos contrées et que j’ai expérimenté au moment du petit déjeuner au Laos.

En médecine chinoise on dit que les crudités fatiguent la rate d’où la cuisine au Wok qui réchauffe en surface le légume sans le cuire à cœur et on obtient donc la chaleur recherchée sans que les vitamines du légume n’ait souffert. L’autre possibilité d’allier chaleur et crudité est de concocter un bouillon de la manière dont vous le désirez, de légumes de viande, ou miso de Riz. On le fait léger, très chaud et au dernier moment on trempe dans ce bouillon les herbes sauvages coupées finement.

En Haut, trouvaille de décembre en Espagne. Elle n’a pas tout à fait la même forme ni le même goût. Toute salée : nous sommes en Altitude à 10 Km de la méditerranée ! En bas, dégustation d’une soupe au miso de riz et aux herbes sauvages dont la Pimprenelle fait partie.

Pimprenelle poétique…

Tôt à l’aube, ou tard au clair de Lune,
Je soulage les plaies du corps et de l’âme.
De moi on disait être vulnéraire.
Telle des petites étoiles brillantes,
Sur les pointes de mes feuilles,
la rosée étincelante,
Nourrie de l’énergie du soleil levant
et de la nuit partante,
de l’eau, eau de vie, gardienne des secrets :
Secrets que je vous raconterai du bout de mes pétales écarlates,
Secrets que je ne vous confierai que
si vous me dégustez,
Que si vous me sentez,
que si vous me caressez,
Que si vous me remerciez,
que si vous m’aimez...
Secrets des fées qui m’habitent en m’octroyant des pouvoirs,
Pour moi, pour vous, pour les êtres et pour mère La Terre. "
"Petit goût de concombre frais,
Odeur de nectar des près,
Qu’alimente les abeilles
Et fait bêler les béliers.
Feuilles d’un vert violacé,
Empli de bleue, jaune et rose,
Qui fait pétiller le corps
D’une lumière multicolore.
Qui guérit les plaies de l’âme et soigne le sang du corps."
Mes racines Pédonculées
Cherchent au fond de la Terre
Ses plus profonds secrets.
Chaleur, douceur, compassion
Alimentent mes canaux,
Force de transmutation.

Sofía Argilés Martínez

La Pumprunelle en Amour…

Fée des prés vient vite me voir…
Car seule je ne peux comprendre :
Pour quoi ça ne marche pas...
A chaque fois ?
Ça marche belle pumprunelle !
Surtout ne t’inquiète pas !
Les sort de chacune des graines
Est différent, original, spécial,
Mais toujours il marchera !
Parfois ta petite graine
Nourrira-t-elle un insecte,
Parfois un petit mulot,
Parfois poussera-t-elle !
Devenant brin
qui nourrira l’escargot,
D’autre arriverons à être fleurs !
Nourrissant abeilles et insectes,
Et déployer son pouvoir
En devenant, deux, trois puis mille et une graines.

Sofía Argilés Martínez


En savoir Plus :

- http://www.euziere.org/wakka.php?wiki=PimprenellE
- http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-53054-description
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Poterium_sanguisorba
- https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/115789
- Toutes les sanguisorbes : http://www.tela-botanica.org/page:eflore_bdtfx?type_nom=nom_scientifique&nom=Sanguisorba+minor&niveau=2&module=recherche&referentiel=bdtfx&action=rechercheSimple&submit=OK
- https://www.visoflora.com/guide-nature/petite-pimprenelle.html
- https://www.supertoinette.com/fiche-cuisine/1223/pimprenelle.html
- http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/archive/2012/06/24/une-sauvageonne-condimentaire-la-p.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.