Assiette Sauvage

Reprendre contact avec la Terre.

Accueil > 4 - Notre revue > Le Virevoltant - 9

Le Virevoltant - 9

lundi 10 septembre 2018, par Tony Goupil

Une apparition du désert : la plante qui virevolte.

Le virevoltant, appelé en anglais Tumbleweed (littéralement « l’herbe qui tourne ») est une plante qui colonise les déserts des États-Unis ou les steppes de Russie. Il s’agit de la partie supérieure de plantes dites xérophytes (capables de vivre dans des régions très sèches). Une fois que cette partie hors du sol est mûre et sèche, elle se sépare de la racine de la plante et vogue au gré du vent. Il s’agit d’un cas de migration végétale. La racine reste donc en terre et les parties aériennes de la plante (les parties vertes), une fois fructifiées et desséchées se séparent du bloc végétal souterrain et culbutent sur le sol parfois sur de très grandes distances. C’est en général à l’automne que la plante formant le virevoltant atteint sa taille maximale et va se casser au niveau de la racine (par abscission de la tige) après dessiccation et arrivée à maturité des tiges. Le virevoltant est donc une plante qui sèche entièrement sur pied.

Tumbleweed roulant au milieu du salon après une mauvaise blague d’Homer (épisode 18 saison 6)

Ces petites boules, qui ne sont par ailleurs pas toujours de forme sphérique, sont donc formées des tiges ramifiées et sont caractéristiques des milieux arides. Elles peuvent atteindre une taille entre 30 cm et quelques mètres. C’est en roulant qu’elles se reproduisent en laissant tomber sur leur parcours plus de 250 000 graines (ce mode de reproduction se nomme l’anémochorie). Le vent est donc l’agent dispersant des graines de semence favorisant donc la dissémination de la plante sur de vastes espaces. Ces plantes, voyageant au gré du vent vont donc se retrouver loin de leur lieu de naissance et vont donc coloniser de nouveaux espaces. Certains vont même jusqu’à utiliser un nouveau terme, un « néologisme botanique » en parlant d’anémogéochorie. L’anémogéochorie est donc une sous-catégorie de l’anémochorie, rappelant par le radical « géo » que la dispersion des graines par le vent se fait au niveau du sol.

Les virevoltants, ces « buissons épineux » sont présents aux USA depuis leur introduction probable au Dakota du Sud dans les années 1870 depuis la Russie. C’est le chardon russe (Kali tragus aussi appelé Salsola tragus) qui aurait été importé lors d’expéditions commerciales et qui désormais envahit le nord des USA au point d’être considéré désormais comme une plante invasive, une mauvaise herbe. Agrandissant leur territoire, elles deviennent un fléau et provoquent le dessèchement des grandes prairies du nord des USA. Les virevoltants participent à l’érosion des sols. En effet les virevoltant vont « rouler » au gré du vent jusqu’à trouver un point d’eau et s’y implanter. Un virevoltant peut consommer plus d’une centaine de litres d’eau et participer donc à brutaliser des cultures comme le blé.

Scène de duel avec virevoltants. Silverado (western de 1985).

Pour qu’une plante soit une « virevoltante » il faut bien sûr que plusieurs critères botaniques soient réunis : la désagrégation progressive de la tige afin que la partie supérieure de la plante puisse être emportée par le vent, la partie aérienne comportant notamment les inflorescences doit avoir une forme approximativement sphérique pour qu’elle puisse être roulée par le vent, la plante doit être légèrement ligneuse afin qu’elle ne se désagrège pas pendant son voyage, la plante sèche doit pouvoir bouger dans son environnement sans trop d’obstacles (naturels ou artificiels) c’est pour cela que les virevoltants se retrouvent dans des milieux ouverts et relativement plats comme des déserts, semi-déserts, milieux steppiques.

Plusieurs plantes sont qualifiées de virevoltants comme la soude brûlée ou la soude roulante. Mais il existe bien d’autres plantes qui ont cette faculté en dehors des USA, notamment en France. Nous pouvons citer par exemple des plantes de milieux halophytes comme le panicaut champêtre, certaines espèces d’amarantes.

Ce type de plante est devenu folklorique et est désormais une icône cinématographique et le symbole de la solitude, de la sécheresse. Tout le monde se souvient de ces scènes de westerns spaghettis où un virevoltant passe au son d’une vent sec sur des plaines désolées. Le virevoltant est indissociable de l’image de ces villes fantômes du Far West, des No-man’s land avec peu ou pas d’occupants, silences gênés qui suivent une blague un peu mauvaise ou encore des scènes de duels où le mouvement de la plante contraste avec l’immobilisme des acteurs. C’est notamment le chardon russe, Salsola tragus, qui est apparue de nombreuses fois aux côtés des personnages cinématographiques de Sergio Leone.

Les virevoltants sont tellement légendaires qu’un western réalisé en 1953 par Nathan Juran porte pour titre Tumbleweed. Le mot Tumbleweed est également entré dans le vocabulaire de la langue anglaise et a servi a créer plusieurs expressions telles que « Tumbleweed moment » (pour désigner le silence suivant une mauvaise blague) ou encore l’expression « This is tumbleweed central » pour désigner que telle ou telle chose a une importance capitale dans une situation donnée.

Infographie :

Introduite, invasive ... piquante et envahissante. Certes ... Elle a la réputation d’assécher le désert et d’empêcher les bonnes plantes de pousser. Mais je ne peux m’empêcher de penser autrement. Peut être se développe t’elle sur des sols abimés (par l’homme parfois) où elle seule peut pousser. Qu’elle sert de nourriture à de nombreux habitants du désert, qu’elle laisse ensuite accumulés dans des fossés par le vent suffisament de déchets organiques pour faire de l’humus qui retiendra l’eau pour que d’autres plantes alors s’installent et que ce soit le début d’une oasis ! Ni noir, ni blanc, gris ... pas d’instantané, mais un cycle naturel en cours...

http://www.le-saviez-vous.fr/2011/04/ces-boules-qui-roulent-dans-le-desert.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Tumbleweed

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.