Assiette Sauvage

Reprendre contact avec la Terre.

Accueil > 6 - Ressources > Autour des Plantes > L’équidé sauvage - 14

L’équidé sauvage - 14

« Une migration en autonomie alimentaire » - Aout / Octobre 2019

mercredi 10 juillet 2019, par Vianney Clavreul

C’est sans doute le plus bel acte contemporain qui soit : Que les hommes modernes retrouvent les pas de leurs ancêtres reprenant ainsi leur place dans la grande sphère de la vie.

En passant du nomadisme à la sédentarité, l’être humain s’est peu à peu déconnecté de la symbiose avec son environnement, notamment de sa connaissance des ressources alimentaires que peut lui offrir la nature.

Notre idée est de réaliser une migration saisonnière en autonomie alimentaire en suivant le cours des fleuves afin de bénéficier de la ressource halieutique.

Nous voudrions faire ce parcours en suivant le fil de l’eau.

Nous désirons sur ce chemin créer une vingtaine d‘étapes pédagogiques, pour diffuser ce savoir et qu’il profite au plus grand nombre.

Nous souhaitons traverser la France pour aller de Abbeville à Sète en passant par les fleuves et les canaux accompagné de trois poneys qui tracteront nos bagages.

Contact : 06 38 30 42 13 ; vianney.clavreul@gmail.com ; https://www.facebook.com/vianfauna/

L’équipe

- Vianney Clavreul : Guide nature « La vie buissonnière » spécialisé dans les plantes sauvages comestibles. Auteur d’une migration saisonnière de 6 mois en autonomie alimentaire, parcourant ainsi l’été, l’automne et l’hiver, soit les 2600 km qui séparent Abbeville et le sud de Porto.
- Aymeric Dekérimel : Guide nature « L’éveil sauvage » spécialisé dans les plantes sauvages comestibles. Vice-Président des Ambiani, association de reconstitution historique gauloise.
- Hugues Gillot : Conteur musicien depuis 10 ans Il a créé et dirigé 30 ans « le ludo-poney » suivant des méthodes d’équitation coopérative ou le cheval est un être à comprendre et non pas à dominer.
- Les trois ponettes : Trois sœurs nous accompagnent, trois poneys shetland, qui au dire de leur heureuse propriétaire ce sont proposées d’elles même pour nous accompagner. Elles se nommes Hussarde, Vadrouille et Astuce.

Nous allons tirer profit des 30 années d’expériences de Hugues Gillot en matière de poneys pour assurer leur excellente gestion et de la grande habitude de ces trois consœurs pour ce qui est de la rencontre avec les enfants. En effet le « métier » de ces dames est d’accompagner les bambins dans tous lieux et pour tout évènements. Ceci pour vous donner une idée de leur grande résistance aux sollicitations et aux bruits de pétards.

En effet, un des objectifs de cette grande randonnée est d’ordre pédagogique, nous désirons vous rencontrer sur notre chemin. Vous parler plantes vertes et fruits sauvages, voyages lents et transitions écologiques, contes et musiques. Tous cela pour ensemble ouvrir des dialogues pleins de verdeur.

Si, et seulement si, notre chemin croise votre route, venez nous solliciter que l’on marche ensemble dans un rythme commun. Que vous soyez école, université, association, centre de loisir, camping, badaud,... Notre envie est là, appliquer nos connaissances, partager nos savoirs, vous donner de l’envie, aller quérir le vivant au plus profond de nous et avec chacun de vous.

Origine et histoire du projet migratoire

Vianney CLAVREUL initie entre 2017 et 2018 une traversée migratoire de 6 mois, reliant Abbeville et le Portugal, en puisant dans les ressources de la nature la subsistance nécessaire. Pourquoi ? Pour savoir s’il était encore possible de faire des migrations comme pouvaient le faire les humains d’avant l’agriculture.

L’expérience lui prouva que oui !

Ce projet lui vaut une large médiatisation notamment par un reportage de France 2 « la vie buissonnière » et par le courrier Picard par qui il reçu « l’étoile Picarde » (élu « Picard Marin 2017 par les lecteurs)

A son retour en mars 2018, des amis le questionnent sur son prochain défi et c’est ainsi que c’est constitué l’équipe de l’équidé sauvage.

Devenir du projet

C’est un bien culturel que nous souhaitons valoriser. Cette connaissance des ressources de la nature était l’apanage de tous avant que naisse l’agriculture et nous somme maintenant à la bonne époque pour remettre à jour ce patrimoine oublié.

A l’heure des grands effondrement de la biodiversité, il est nécessaire que cette connaissance de la nature soit au plus tôt partagé par tous, et que, comme l’eau, elle redevienne un bien commun.

Se servir des trois ponettes comme véhicules pour cette mission, c’est mettre un écrin à la médiation que nous attendons, c’est mettre en avant les vertus du voyage lent, c’est rendre remarquable la beauté de ce qui jaillit des créations collectives.

Nous marcherons d’Abbeville à Perronne par la somme, traverserons, champagne et bourgogne par la marne, et nous nous promènerons sur les rives de la Saône et du Rhône pour rejoindre la méditerranée.

1200 Km de marche en autonomie alimentaire. Un défi à la hauteur de notre époque !

Étapes du parcours migratoire

Afin de valoriser l’usage des ressources non agricoles, nous ferons une quinzaine d’étapes ou nous consacrerons notre temps à partager nos savoirs à toute les générations rencontrées.

Partant d’Abbeville nous nous arrêterons aux villes suivantes : Amiens, Péronne, Reims, Châlons, Vitry le François, Saint Dizier, Chaumont, Langres, Chalon sur Saône, Lyon, Valence Montélimar, Avignon et Sète qui sera notre point d’arrivée.

D’autres échanges seront envisagés en fonction des demandes une fois que le projet sera bien relayé.

Pédagogie :

Le métier commun à nous trois, c’est la pédagogie et c’est pourquoi nous créons ce projet sous cette forme médiatique. Alors nous avons conçus un programme spécifique à ce voyage et accessible à tout âge.

• Tout d’abord la sensibilisation à notre rapport à l’eau, base essentiel à l’émergence de la vie et cheminement de notre voyage, puis à la terre qui fournit nos aliments, puis à l’air, à la lumière.. Toujours prenant comme angle de vue les ressources que nous puisons dans la nature pour réaliser ce défis.
• Les notions de l’énergie, des modes de déplacement et des outils servant la transition écologique seront mis en avant par notre usage quotidien de ceux ci.
• Et de ce qui nous nourrit, de l’âme à l’appétit, des plantes sauvages comestibles, à la pêche en eau douce, nous parlerons des beautés de ce monde. Nous créerons des herbiers numériques, nous dessinerons, nous grignoterons, nous ouvrirons à l’expérience et au désir de découvrir.

Calendrier, Synopsis :

Le projet couvrira les mois d’Août, Septembre et Octobre 2019

Un souffle d’air dans notre société, voir qu’il existe plus encore de solutions que l’on à jusqu’à présent imaginé. Une aventure humaine et fraternel, intègre et solide grâce à l’expérience de ses acteurs. Reproduire une des diverses possibilité de migration saisonnière est un défis qui fut celui de la ligné humaine durant prés de 300 000 ans.


Voir en ligne : L’équidé Sauvage.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.