Assiette Sauvage

Reprendre contact avec la Terre.

Accueil > 4 - Notre revue > Cueilleur-Culteur N°13

Cueilleur-Culteur N°13

vendredi 26 avril 2019, par Thomas Oak

Editorial

Je reviens tout juste du Cambodge et me voici dans la mise en page du Cueilleur -Culteur. Le voyage avait bien débuté par un cadeau des le premier soir : deux livres sur les plantes sauvages locales et leur utilisation culinaire. Chouette me suis-je dis ... je vais pouvoir essayer de faire des cueillettes dans ce magnifique pays ... Mais voilà, les conditions de voyage n’étaient pas à cela ET surtout ... la pollution y était présente partout sous forme de plastiques, sous forme de zones déforestées et vouées à la monoculture, sous forme de terrassements sauvages qui seraient responsables plus tard de glissements de terrain, et je ne parle pas des usines chinoises dans leurs rejets et leur exploitation des humains. Bref vous l’aurez compris, je n’ai rien cueilli ... mais dans la cuisine j’ai repéré les feuilles de coriandre, de ciboule, d’herbe à paddy ou de citronnelle qui m’ont fait dire : là jadis, au lieu des quelques herbes encore cultivées étaient présentes une centaine d’herbes différentes, toutes sauvages, toutes avec des propriétés magnifiques ... Ce savoir se perd à grande vitesse ... les surfaces allouées à une cueillette possible fondent comme neige au soleil ... Alors on peut déprimer quelque part ou bien décider que non. Dans le prochain cueilleur je vous parlerai de la soupe épicée que l’on mange là-bas au petit déjeuner, la soupe khmer, dans laquelle on peut avec délice plonger nos herbes d’ici qui prennent alors une saveur inattendue !

Thomas Oak / Patrick Chêne

Sommaire

- Lessive de Lierre
- La Raiponce - 13
- Plantes, Chamanisme et Signatures Fréquentielles. (2) - 13
- Le Basilic - 13

- 9 ièmes Rencontres de Cueilleurs-Culteurs

Revue Internet

Abonnement

Pour participer financièrement à cette revue, pour participer au financement du jardin éclaté dans la ferme de notre association ouvert à tous et où nous mettons en pratique l’enrichissement du milieu naturel afin d’expérimenter et vous retraduire nos expériences, merci après avoir lu notre revue de faire un don qui sera très apprécié où /et de vous abonner au cueilleur-culteur.

DonDonDonDon






Faire un don à l’association Wakama-nagi qui porte le Cueilleur-culteur

PapierPapierPapier
CC_papier



Gratuit sur Internet, vous pouvez aussi décider de recevoir chez vous une version papier pour lire et relire au coin du feu !! Ce faisant vous nous encouragez à continuer une œuvre encyclopédique et journalistique collective !!|
|pdfpdpfpdfpdfpdf|
|

CC_PDF



Gratuit sur Internet, vous pouvez aussi décider de recevoir sur votre ordinateur une version PDF pour lire et relire à l’envie !! Ce faisant vous nous encouragez à continuer une œuvre encyclopédique et journalistique collective !!|


N’oublions pas que le propos du « .Cueilleur-Culteur. » n’est pas seulement de redonner goût à la cueillette des sauvages en dispensant du savoir, mais aussi de comprendre comment le sauvage est à deux doigts de notre main en permanence autour de notre maison. La philosophie n’est donc pas, pour nous, de prendre son vélo ou sa voiture pour aller trouver un espace dit « naturel » et y faire sa cueillette sans s’occuper de ce que ce milieu devient ensuite, même si ce genre
d’expédition a une réelle valeur. La philosophie est de réaliser un circuit quotidien chez soi ou sur les chemins autour de sa maison et de le suivre au cours du temps, de le comprendre au mieux, de chercher à le protéger, de chercher à l’enrichir, à le complexifier pour qu’il soit plus résiliant et ainsi de se comporter en facilitateur de la nature plutôt qu’en prédateur et tout en récoltant de riches et savoureuses plantes, de participer quand même, à son humble mesure, à la conservation du milieu. Aussi, comme pour avoir une nature généreuse il convient d’enrichir le sol, avec de l’eau, des bactéries, de l’humus et de s’assurer de l’augmentation de la variété et de la vitalité des plantes, nous explorerons au fil des numéros cette « Permaculture » qui n’a pas pour premier but de produire, mais de vivifier la nature environnante afin que les prélèvements soient meilleurs et ne soient pas une charge pour la végétation.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.